19 décembre 2013

problème => embauche de fonctionnaires => solution

Classé dans : parodie,pensées,res publica — hervele @ 2 h 19 min

Il est un mal profondément français qui mérite quelques mots tant il participe à ce climat délétère qui règne en France au regard du respect de la règle commune. Oui, nous avons un gros problème avec le respect de la loi dont la cause m’est, malheureusement, inconnue. Est-ce notre esprit gaulois qui fronde le « dura lex sed lex » palatin? Est-ce le méchant héritage de mai 68 qui interdit d’interdire d’interdire d’interdire? Mais passons. Je dis souvent qu’il n’y a qu’une chose qui m’énerve plus qu’une mauvaise loi, c’est une mauvaise loi non respectée.

Ainsi en va-t-il du code de la route transformé petit à petit en « charte de vivre-ensemble convivial entre piétons et automobilistes ». Je dois dire que les socialistes, généralement les plus arrangeants avec le respect de la règle, ont fait de l’empathie et de la non-stigmatisation un droit opposable à la loi républicaine.

Pourtant c’est simple: 4ème classe, 135euros, 4 points

il y a, en France, un peu moins de 1300 procès verbaux par an pour l’infraction de refus de priorité à un piéton. C’est l’exemple que j’ai choisi pour illustrer mon billet, pour plus de détails voir ici. A comparer aux 21 millions de flashs pour excès de vitesse, cela juste… anecdotique. On imagine d’ailleurs la conversation entre deux gendarmes après la 5ème bière au bar:

« eh, Robert, chiche demain pour rigoler on verbalise un pauvre gars pour refus de priorité à un piéton?
- …? ça existe ce truc?
- oooh oui, c’est classe 4! La dernière fois j’avais fait la blague à l’adjoint au maire, il était fou! »

Mettons, estimation basse, qu’un français moyen traverse 5 passages cloutés par jour. Mettons qu’une fois sur 2 il laisse passer au moins une voiture avant de s’engager, ce qui est un abandon de priorité (=un PV pourrait être dressé). Un automobiliste refusant la priorité à un piéton a donc moins d’une chance sur 130 000 d’être verbalisé. J’aimerais qu’on me trouve une infraction aussi peu punie que celle-là*.
Double sentiment d’injustice, donc, pour les automobilistes malchanceux qui font partie des 1300 pigeons, et pour les honnêtes automobilistes qui voient les autres enfreindre joyeusement et impunément la règle. D’ailleurs la mimique de reconnaissance étonnée de la plupart des piétons lorsqu’on les laisse passer en dit suffisamment long…

Donc le non-respect de la priorité au piéton est puni par la loi. Chiche. Mais il aura fallu, devant l’ignorance manifeste de cette règle (dixit des blogs de sécurité routière), pondre un nouveau texte rappelant la loi existante. On comprendra que quand la police ne fait pas son travail, le législateur le fait à sa place est est payé pour « rappeler » que des lois existent… (facepalm)…

Légifrance – Loi rectificative du 18 décembre 2013 N°183 – 112 heures de débat

- Article unique –

« La loi d’avant est toujours en vigueur les gars, tenez-vous-le pour dit. »

Face à ce manque de civisme patent des automobilistes (et probablement après quelque fait divers tragique ayant ému la population et occasionné des cauchemars à Valérie Trierweiler), les maires de France ont décidé de frapper fort car il fallait sévir du poing sur la table: on a donc appliqué la méthode N°1 de résolution des problèmes en France: l’embauche de fonctionnaires. De police? Non non. Non. Ben non, voyons! On n’est pas des fascistes quand même! On embauche des gens payés pour faire le même boulot que les petites loupiotes clignotantes du passage piéton.

pompons

Effectivement, remplacer une ampoule qui coûte 30€/an en électricité par un emploi mi-temps, ça a le double effet kisskool d’augmenter artificiellement le PIB de la France de 15000€/an alors et d’augmenter de un l’effectif syndical à la mairie (frottage de mains). Au même moment, des ministres du « redressement productif » expliquent qu’il faut innover, produire à haute valeur ajoutée, être efficaces, automatiser nos industries, etc. LOL.

Bref, loin de moi l’idée de critiquer le travail de ces personnes (qui s’acquittent sûrement de leur mieux de la tâche qui leur est confiée), mais constatons qu’à chaque rentrée scolaire on voit fleurir ce genre de super-héros de la famille en poussette, gilet jaune et panonceau au clair, qui s’interpose au flux agressif d’automobilistes. Vous aurez sans doute remarqué que plus vous freiniez gentiment pour laisser passer le piéton, plus le super-héros s’interposait de façon manifeste et véhémente, comme s’il voulait signifier: « hé ho c’est moi qui te dis de t’arrêter tu vas pas commencer à menacer mon emploi! » Personne ne s’est demandé si le message reçu inconsciemment par l’automobiliste n’était pas: « ah bon, voila un type qui me dit quand m’arrêter donc quand il est pas là je fonce ».

Voilà, la Grande Déresponsabilisation est en marche, une fois de plus. L’état vous tient la main même quand vous traversez.

On aura surement, dans les années qui viennent, des embauches d’hommes-feux-rouges, d’hommes-stop, d’homme-rond-point… enfin, je n’ai qu’une peur, c’est que Ségolène Royal réclame soudain des droits d’auteur sur une idée qui, après tout, est la sienne à elle, celle de raccompagner chaque policier chez lui par un autre policier, ouvrant la voie au mouvement perpétuel régalien.

Hervé Legourvière

* peut etre la haute trahison?

28 octobre 2013

Ecotaxe, Léonarda… les compromis de l’échec

Classé dans : actualité,économie,res publica — hervele @ 18 h 54 min

Compromis, chose due.

S’il était encore besoin d’un nouvel exemple pour montrer à quel point toute politique menée par ce gouvernement se limite actuellement à gratter n’importe quel bouton de moustique qui se met à démanger dans ce pays, sans réaliser qu’il va réveiller tous ceux qui sont à côté et finir par avoir le bras vraiment, vraiment à vif, et bien je vous proposerais de réfléchir aux inquiétants points communs entre les affaires Léonarda, écotaxe, travail dominical, et imposition à 75% sur le football.

La primolocutocratie: ce pourrait être la mauvaise habitude de dire oui au premier qui a parlé, puis de s’en mordre les doigts.

Et oui, inlassablement, dans une sorte de mouvement perpétuel, nos dirigeants répètent les mêmes erreurs et les mêmes attitudes désastreuses pour la société: dans l’affaire Léonarda, face à la gronde lycéenne, l’éxécutif trancha par une sorte de compromis absurde qui eut le mérite d’à la fois mécontenter tout le monde et de diviser la famille même de Léonarda. De diviser, plus généralement, les sans papiers en ceux qui triment pour s’intégrer (mais n’y arrivent pas parce qu’ils ne font pas la Une de Libération) et ceux qui ont attrapé le pompon et ont droit à un tour gratuit.

Ecotaxe, Léonarda... les compromis de l'échec dans actualité gratter_argent

Une main qui gratte, une main qui distribue

Sur le bienfondé de l’écotaxe, je ne me prononcerai pas. Ce que je vois c’est qu’il y a une loi, que ce soit celle sur l’immigration, celle sur la taxe à 75% ou celle sur la fiscalité des transports routiers. Face à cette loi des lobbies du football se plaignent de manquer de millions, et manquent d’arracher à l’éxécutif un régime dérogatoire. Face à cette loi les agriculteurs bretons qui n’ont plus rien à perdre et manifestent dans un violent chant du cygne… La gouvernement, alors, magnanime et soucieux de rassurer les inquiétudes des français qu’ils découvre soudain, convoque les plus bruyants des grognons et leur glisse un petit chèque dans la main, aux yeux et à la barbe de tous.

Et vous, Français, peuple déjà divisé sur le mariage, sur les retraites, sur le droit au travail le dimanche… vous voici désormais montés les uns contre les autres selon votre région! Car si nous soutenons nos amis bretons, pourquoi ont-ils eu droit à un traitement de faveur et pas leurs confrères perdus au fond des alpages? Pourquoi le transporteur qui livre un industriel breton paiera alors quel l’industriel voisin situé à 500 mètres de la limite de département, lui ne paiera pas? Pourquoi ce gouvernement rémunère-t-il en petits arrangements à l’amiable le fait d’aller casser des infrastructures* et jeter des victuailles sur les CRS (pendant ce temps les étudiants, eux, sont réduits à mettre le feu à des poubelles vides c’est malheureux)?!

*(qui auraient pu être reconvertis le cas échéant en sympathiques panneaux de messages autoroutiers « il fait chaud: buvez »)

Mais gardons le cap, comme dirait Hollande! A l’enseignement d’un si bon maître, je n’ose me mesurer mais ne peux m’empêcher d’improviser un compromis à la « Hollande » pour, l’aéroport de Nantes, à la louche: vous expropriez les ruraux en les dédommageant du double du tarif légal, puis vous faites construire des grands parkings en béton plutôt qu’un aéroport qui fâche. Win-Win!

Bref. Ceux qui nous dirigent feraient bien de rouvrir leur gaffiot. Ils y apprendraient, par exemple, que l’étymologie du mot « compromis » signifie « pour mettre ensemble »… le sens des mots est parfois assez cruel, non?

Hervé Legourvière.

Je vous recommande mes articles reliés:

La politique arbitre: bienvenue dans le monde où celui qui crie le plus fort fait la loi

Le débat sur le travail du dimanche n’est pas là où il paraît.

Pourquoi il est désastreux d’accuser les entreprises de vouloir rester apolitiques

Pourquoi il faut s’empresser de ne plus trier ses déchets

 

30 septembre 2013

repos dominical

Classé dans : actualité,économie,res publica — hervele @ 23 h 13 min

Repos!

Il y a les libéraux, qui ne supportent pas qu’on empêche les gens de bonne volonté de travailler et qu’on se prive d’un surplus de croissance…

Il y a les anticléricaux, qui ne supportent pas que la loi française célèbre encore d’une certaine façon le jour du Seigneur..

Il y a les syndicalistes, qui ne supportent pas que les salariés passent des accords avec les patrons sans les consulter…

Parmi toutes ces voix assourdissantes, essayons de philosopher un peu sur ce méchant dimanche.

Primo, ne pas voir dans ce débat l’un des éternels combats entre la liberté et l’égalité serait passer à côté d’une mise en perspective intéressante. Liberté contre égalité, une lutte en filigrane de notre histoire moderne, on l’a vu dans les débats récente: liberté d’éduquer ses enfants librement contre égalité de l’éducation nationale. Liberté de se marier avec qui l’on veut contre égalité de tous les enfants, etc. Mais accroître l’égalité au prix de la liberté, c’est risquer de voir la liberté se venger un jour où l’autre, faire coucou par la fenêtre en disant: regarde, vous étiez plus égaux quand j’étais là… à ce sujet voir l’échec cuisant d’une mesure égalitaire phare: le CV anonyme a montré qu’il accentuait la discrimination entre candidats qui n’étaient plus jugés… que sur leurs fautes d’orthographe, facteur N°1 de distinction entre classes!

Qu’a à voir ce débat avec l’égalité? L’égalité entre les entrepreneurs, pardi. Et la liberté de ceux qui veulent se reposer le dimanche mais qui risquent bien d’être discriminés par un mécanisme très proche de la théorie des jeux puisque de deux commerces qui fermaient le dimanche, celui qui décide d’ouvrir mangera une énorme part de clientèle à l’autre, l’obligeant également à ouvrir sous peine de faillite. Au final, par contagion de proche en proche les commerçants travailleront à leur insu plus de jours pour un « gâteau » qui restera à peu près le même. On appelle cela une « lose-lose situation« .

Les économistes, les libéraux ont beau jeu de montrer l’efficacité sur l’emploi (ici), la consommation, la croissance. Mais quel est le prix social de cette croissance? Je pensais naïvement que l’état cherchait à rendre ses citoyens plus heureux et plus intelligents, non, il cherche à les faire consommer plus. Hélas, je ne pense pas qu’on ait jamais prouvé l’existence d’un lien entre consommation et bonheur individuel, à part dans les spots publicitaires. Voltaire, fervent athée, ne dédaignait pas la religion quand elle lui servait: « Il est à propos que le peuple soit guidé, et non pas qu’il soit instruit » et voyait en elle, comme chez certains révolutionnaires établis, un facteur d’ordre social au service des possédants dont il faisait partie. En lieu et place de religion, chanceux que nous sommes, nous avons le pouvoir d’achat! Et quelle divinité avide! Mais qu’a-t-on gagné, en somme, à troquer la messe du dimanche matin contre l’aller-retour au centre commercial?

Car entendons-nous bien, qui-est-ce qui demande à ce que l’on travaille le dimanche? Chez Sephora, ce sont les salariés avides d’un surplus de rémunération qui nous répètent à l’envi qu’ils y gagnent car « le dimanche est payé 50% de plus que les autres jours! » Il faut être stupide pour ne pas s’imaginer qu’une généralisation du travail le dimanche en fera un jour payé… comme les autres! Savez-vous ce qui me choque? Ce n’est pas qu’on refuse à des gens de travailler le dimanche. C’est c’est que notre économie soit tellement dévastée qu’on en arrive à devoir travailler le dimanche pour faire vivre sa famille convenablement. Alors que nous avons tout, je dis bien tout pour être un pays prospère et indépendant, nous nous sommes muselés et déplorons plaintivement cette situation… voulue. Voila pourquoi en Allemagne, il n’y a même pas débat…

Il est des arguments économiques, globalement pour le dimanche, et des arguments non-économiques globalement contre. Gardons toutefois en tête que ne plus laisser le consommateur oisif chez lui une seule journée, l’empêcher de réfléchir, de lire, de s’instruire, bref de se rendre compte qu’il peut être heureux autrement qu’en consommant, c’est aussi le but rêvé du capitalisme, un capitalisme d’asservissement qui emprunte à George Orwell. Et que dire du progrès social, ces luttes acharnées qui nous ont fait gagner petit à petit des jours de vacances, des horaires moins pénibles que ceux de nos pères? Est-ce le signal d’une prochaine machine-arrière? Non, nous ne sommes pas que des animaux en quête perpétuelle de pitance, et tant pis s’il nous en coûte 0,2 point de PIB!

Or on s’imagine bien que les magasins prêts à ouvrir le dimanche le feront aux mêmes horaires que les musées, les monuments, les bibliothèques… L’économie marchande rentrera en concurrence avec l’économie culturelle. Je vous laisse deviner laquelle gagnera. Mesure-t-on ce genre d’effet collatéral lorsqu’on avance des chiffres prometteurs?

C’est l’utilité contre la vertu en quelque sorte (voir mon autre billet sur cette question posée par Tocqueville). Peut-on concilier les deux? Sans doute, posez-vous la question suivante: que mangez-vous en famille le dimanche midi? Un gigot? Et croyez-vous que le bouchez qui vous vend le gigot pourrait maintenir sa boutique si vous passiez votre dimanche au centre commercial?

Hervé Legourvière (HerveLE)

Vous aimerez aussi mes autres articles:

Aldous Huxley porte plainte contre Hollande pour plagiat

Comment les anglais ont conquis le monde avec un principe d’utilité

Pourquoi on accuse toujours les entreprises mais on se trompe toujours de bouc-émissaire

Convainquez-vous que le protectionnisme est n’est pas si méchant

 

3 juillet 2013

Que se passerait-il si tout le monde avait son bac+5?

Classé dans : économie,pensées — hervele @ 18 h 47 min

Les meilleurs élèves du lycée obtenaient parfois un 21/20 grâce à la question « bonus ». Fair enough! Cette pratique alors anecdotique a été érigée en règle dans l’épreuve du baccalauréat aujourd’hui et les circulaires internes demandent aux correcteurs de noter non plus sur 20, mais sur 24, cela fait quand même une hausse de plus de 15%. Cela n’a pas l’air de trop choquer les gens, et pourtant. Et pourtant… c’est ce qu’on appelle en économie, sans tourner autour du pot, une dévaluation en bonne et due forme. Tu as une note de 18? Pas de chance, elle n’en vaut plus que 15 maintenant… La dévaluation en économie est efficace (Chine, Suède…), elle renchérit le cout de la denrée étrangère, et rend plus compétitive à l’export (elle n’est bien entendu efficace que si les voisins ne font pas la même chose!). Nos étudiants titulaires du nouveau « bac » seraient-ils plus compétitifs? Hélas rien d’équivalent dans le domaine humain… Il est regrettable que la France pratique sans vergogne la dévaluation éducative, vouée à l’échec, et ne l’envisage pas dans le domaine monétaire où cela serait salutaire. Ce qu’on constate, et d’une façon générale dans des domaines aussi divers que l’éducation, la culture, l’intégration des minorités, le déficit des comptes publics, et j’en passe, c’est un abandon généralisé de nos niveaux d’exigence.

Dévaluation éducative égal plus de diplômes et d’années d’études pour quoi?

La hausse continuelle des taux de réussite au bac, le nombre croissant des étudiants faisant des études supérieures toujours plus longues pour au final mendier un stage devrait inciter tout observateur possédant 2 bras,  2 jambes et un cerveau à se poser certaines questions prudentes:

1°) Est-il vrai que notre société a besoin de personnes toujours plus qualifiées? Pourtant cela fait un bout de temps que la structure de notre économie est stable (avec une désindustrialisation en fond de tableau mais passons)

2°) A quoi sont censées servir toutes ces années d’études supplémentaires?A qualifier les gens dans un domaine toujours plus précis, ou au contraire à leur donner une culture générale la plus large possible, c’est-à-dire les « élever intellectuellement » pour qu’ils soient de meilleurs citoyens?

3°) En quoi un système d’il y a 40 ans (où le bac était une garantie suffisante sur votre CV pour vous faire embaucher dans n’importe quelle boite du CAC40 sur-le-champ), est-il forcément inférieur à un système où on vous traine d’entretien en entretien pour finir par vous avouer qu’un type avec un double master génie des procédés-philosophie, la pratique d’une 4è langue et président d’un club de dégustation de vin vous a finalement damé le pion? (et sous-question 2: En quoi l’argument des gens qui me traitent de « réactionnaire nostalgique d’une époque révolue » est-il pertinent?)

4°) Si tout le monde doit faire des études supérieures, alors pourquoi ne pourrait-on pas tout simplement mettre le bac après le master? (article intéressant à ce sujet trouvé ici sur le rôle du bac)

5°) On dit toujours que le travail est ce qu’il y a de plus formateur… non?

6°) Accepter un travail sous-qualifié ne crée-t-il pas un mal-être, un manque de valorisation voire une dépression? (sisi)

7°) Qui est censé assumer la charge toujours croissante d’un enfant à la maison pendant X années supplémentaires à l’heure où les solidarités générationnelles disparaissent et où même les parents sont touchés par la crise?

8°) Alors qu’on sait très bien qu’une économie a besoin de main d’œuvre peu qualifiée, que le manque d’ouvriers en début de chaîne est un frein énorme à la croissance, pourquoi est-ce tabou de parler du rôle de l’immigration alors qu’on sait très bien que les immigrés prennent en majorité ces emplois peu qualifiés? Qui a voulu cela, qui soutient cette dynamique et quels intérêts sont derrière? (question qui est soulevée par un lecteur qui aurait été sur des sites « nauséabonds »).

9°) Si je fais trop d’années d’études, est-ce que je ne risque pas de ne jamais avoir assez de trimestres pour ma retraite?

Bref, dévaluation, dilution des études sur un temps plus long (la relativité sans doute…), courses aux armements sur des diplômes « d’affichage », décalage entre offre et demande, démotivation profonde des candidats, tout n’est pas joli joli sur le marché du travail pour la génération qui arrive…

Revenir à l’accueil du blog.

  Herve Legourvière (HerveLE)

Cocoa5badge |
Gouvirdc |
Thibaultvillalta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Honfleur2014
| Dans les coulisses de Bruxe...
| iya wis ola papa