16 janvier 2014

le salut hitlérien se banalise dans nos écoles

Classé dans : actualité,parodie — hervele @ 1 h 52 min

Choc: le salut hitlérien se banalise  à l’école.

Mardi, 10h30, école primaire de Saint-Mathias, dans le Bouds. En salle des professeurs, c’est la consternation qui règne. Stéphanie, la toute nouvelle professeure de sciences naturelles, vient d’assister à une scène digne, selon elle, des « heures les plus mal éclairées notre histoire ». C’est dans la classe de CE2 B que pas moins de vingt-trois saluts « nazis » ont été exécutés successivement par les élèves.

 

Au fond du couloir, le professeur principal clame son incompréhension « c’est impossible, la seconde guerre mondiale n’arrive dans les programmes qu’en 3ème! ». Et chacun de se demander où les élèves ont bien pu apprendre ce geste de haine, et plus grave encore, se mettre d’accord pour le faire au même moment, l’un après l’autre, dans une sorte de jeu macabre. L’un pointe du doigt les vidéos de Dieudonné et le mouvement anti-mariage gay qui avait libéré une parole délétère, l’autre met en cause l’influence néfaste des parents qui pèse lourd et dont l’école a du mal à faire table rase, mais tous sont unanimes: il faut condamner ce geste sévèrement.

Les autres élèves semblent ne pas comprendre ce qui s’est passé. Jeanne, 8 ans, pleure depuis qu’elle a vu son ami Thibault se faire emmener dans le fourgon de la police pendant qu’on lui lisait son chef d’accusation « apologie de crime contre l’humanité« .

Appelée quelques minutes après les faits, la sous-préfecture a dépêché un commissaire qui tente encore de dépêtrer parmi les témoignages confus et les sanglots le vrai du faux. Il semblerait, d’après les premières informations que notre envoyé spécial a pu se procurer, que ce soit au moment de l’appel que les élèves aient tenté d’imiter le geste hitlérien en levant chacun la main droite, le bras tendu vers le haut, lorsqu’ils entendaient leur nom.

Nous restons pour le moment dans l’expectative de la mise en place d’une cellule psychologique qui pourra faire toute la lumière et comprendre si cet événement peut avoir un lien avec l’exclusion de Matthias la semaine précédente. Un élève exclu, rappelons-le, pour avoir osé faire une quenelle pendant une journée entière de classe, au lendemain de son hospitalisation pour fracture du bras droit.

D.R.

PS: ceci est ma candidature pour le poste de rédacteur au Gorafi.

19 décembre 2013

problème => embauche de fonctionnaires => solution

Classé dans : parodie,pensées,res publica — hervele @ 2 h 19 min

Il est un mal profondément français qui mérite quelques mots tant il participe à ce climat délétère qui règne en France au regard du respect de la règle commune. Oui, nous avons un gros problème avec le respect de la loi dont la cause m’est, malheureusement, inconnue. Est-ce notre esprit gaulois qui fronde le « dura lex sed lex » palatin? Est-ce le méchant héritage de mai 68 qui interdit d’interdire d’interdire d’interdire? Mais passons. Je dis souvent qu’il n’y a qu’une chose qui m’énerve plus qu’une mauvaise loi, c’est une mauvaise loi non respectée.

Ainsi en va-t-il du code de la route transformé petit à petit en « charte de vivre-ensemble convivial entre piétons et automobilistes ». Je dois dire que les socialistes, généralement les plus arrangeants avec le respect de la règle, ont fait de l’empathie et de la non-stigmatisation un droit opposable à la loi républicaine.

Pourtant c’est simple: 4ème classe, 135euros, 4 points

il y a, en France, un peu moins de 1300 procès verbaux par an pour l’infraction de refus de priorité à un piéton. C’est l’exemple que j’ai choisi pour illustrer mon billet, pour plus de détails voir ici. A comparer aux 21 millions de flashs pour excès de vitesse, cela juste… anecdotique. On imagine d’ailleurs la conversation entre deux gendarmes après la 5ème bière au bar:

« eh, Robert, chiche demain pour rigoler on verbalise un pauvre gars pour refus de priorité à un piéton?
- …? ça existe ce truc?
- oooh oui, c’est classe 4! La dernière fois j’avais fait la blague à l’adjoint au maire, il était fou! »

Mettons, estimation basse, qu’un français moyen traverse 5 passages cloutés par jour. Mettons qu’une fois sur 2 il laisse passer au moins une voiture avant de s’engager, ce qui est un abandon de priorité (=un PV pourrait être dressé). Un automobiliste refusant la priorité à un piéton a donc moins d’une chance sur 130 000 d’être verbalisé. J’aimerais qu’on me trouve une infraction aussi peu punie que celle-là*.
Double sentiment d’injustice, donc, pour les automobilistes malchanceux qui font partie des 1300 pigeons, et pour les honnêtes automobilistes qui voient les autres enfreindre joyeusement et impunément la règle. D’ailleurs la mimique de reconnaissance étonnée de la plupart des piétons lorsqu’on les laisse passer en dit suffisamment long…

Donc le non-respect de la priorité au piéton est puni par la loi. Chiche. Mais il aura fallu, devant l’ignorance manifeste de cette règle (dixit des blogs de sécurité routière), pondre un nouveau texte rappelant la loi existante. On comprendra que quand la police ne fait pas son travail, le législateur le fait à sa place est est payé pour « rappeler » que des lois existent… (facepalm)…

Légifrance – Loi rectificative du 18 décembre 2013 N°183 – 112 heures de débat

- Article unique –

« La loi d’avant est toujours en vigueur les gars, tenez-vous-le pour dit. »

Face à ce manque de civisme patent des automobilistes (et probablement après quelque fait divers tragique ayant ému la population et occasionné des cauchemars à Valérie Trierweiler), les maires de France ont décidé de frapper fort car il fallait sévir du poing sur la table: on a donc appliqué la méthode N°1 de résolution des problèmes en France: l’embauche de fonctionnaires. De police? Non non. Non. Ben non, voyons! On n’est pas des fascistes quand même! On embauche des gens payés pour faire le même boulot que les petites loupiotes clignotantes du passage piéton.

pompons

Effectivement, remplacer une ampoule qui coûte 30€/an en électricité par un emploi mi-temps, ça a le double effet kisskool d’augmenter artificiellement le PIB de la France de 15000€/an alors et d’augmenter de un l’effectif syndical à la mairie (frottage de mains). Au même moment, des ministres du « redressement productif » expliquent qu’il faut innover, produire à haute valeur ajoutée, être efficaces, automatiser nos industries, etc. LOL.

Bref, loin de moi l’idée de critiquer le travail de ces personnes (qui s’acquittent sûrement de leur mieux de la tâche qui leur est confiée), mais constatons qu’à chaque rentrée scolaire on voit fleurir ce genre de super-héros de la famille en poussette, gilet jaune et panonceau au clair, qui s’interpose au flux agressif d’automobilistes. Vous aurez sans doute remarqué que plus vous freiniez gentiment pour laisser passer le piéton, plus le super-héros s’interposait de façon manifeste et véhémente, comme s’il voulait signifier: « hé ho c’est moi qui te dis de t’arrêter tu vas pas commencer à menacer mon emploi! » Personne ne s’est demandé si le message reçu inconsciemment par l’automobiliste n’était pas: « ah bon, voila un type qui me dit quand m’arrêter donc quand il est pas là je fonce ».

Voilà, la Grande Déresponsabilisation est en marche, une fois de plus. L’état vous tient la main même quand vous traversez.

On aura surement, dans les années qui viennent, des embauches d’hommes-feux-rouges, d’hommes-stop, d’homme-rond-point… enfin, je n’ai qu’une peur, c’est que Ségolène Royal réclame soudain des droits d’auteur sur une idée qui, après tout, est la sienne à elle, celle de raccompagner chaque policier chez lui par un autre policier, ouvrant la voie au mouvement perpétuel régalien.

Hervé Legourvière

* peut etre la haute trahison?

6 décembre 2013

Equivalence infirmière pour Madame Jeanne?

Classé dans : actualité,parodie — hervele @ 0 h 37 min
pénalisation de la prostitution: une équivalence infirmiere pour Madame Jeanne?

pénalisation de la prostitution: peut etre une équivalence infirmiere pour Madame Jeanne?

5 décembre 2013

au bon flamby, restaurant libre

Classé dans : actualité,parodie — hervele @ 22 h 32 min
au bon flamby, restaurant.

au bon flamby, restaurant.

26 novembre 2013

Grogne fiscale: et si on inversait les rôles?

Classé dans : actualité,parodie — hervele @ 1 h 52 min

Un peu d’humour de fait jamais de mal:

 

écotaxe, grogne fiscale: et si on inversait les rôles...?

écotaxe, grogne fiscale: et si on inversait les rôles…?

19 novembre 2013

haro sur les contribuables qui respectent trop bien les règles

Classé dans : actualité,économie,parodie — hervele @ 14 h 17 min

extrait de l’article de Contrepoints commentant le projet de loi en préparation:

« Une obligation de déclaration à l’administration fiscale, sous peine d’amende, serait introduite à charge de toute personne commercialisant un schéma d’optimisation fiscale ou l’élaborant ou le mettant en place.

Le texte définit un schéma d’optimisation fiscale soumis à déclaration comme :
« toute combinaison de procédés et instruments juridiques, fiscaux, comptables ou financiers :

  • Dont l’objet principal est de minorer la charge fiscale d’un contribuable, d’en reporter l’exigibilité ou le paiement ou d’obtenir le remboursement d’impôts, taxes ou contributions ;
  • Et qui remplit les critères prévus par décret en Conseil d’État.  »

C’est pourquoi, comme je le dis à mon épouse lorsqu’elle gagne de façon éhontée au Monopoly en respectant trop parfaitement toute les règles du jeu: « tu n’es qu’une mauvaise joueuse! ». Dans la même logique, je vous propose d’envoyer un mail à votre député pour vous dénoncer par avance, et peut-être bénéficier de la Clémence de Bercy:

« Monsieur le Député,

J’ai appris avec plaisir dans la presse que vous aviez sorti l’épée du fourreau pour lutter contre les abus des entreprises ou des particuliers qui profitent indument de notre système de réductions fiscales.

L’idée de demander une déclaration préalable obligatoire pour tout schéma d’optimisation fiscale, afin de le neutraliser, me semble excellente, saine et très prometteuse.

C’est pourquoi j’ai voulu, trop impatient d’attendre la lointaine échéance du 1er janvier 2015, faire acte de citoyenneté et déclarer dès aujourd’hui le schéma d’optimisation fiscale auquel je m’apprêtais malhonnêtement à me livrer, non sans en avoir fait grande publicité auprès de mes connaissances.

Il s’agit, dans un premier temps, de m’isoler dans une chambre, avec mon épouse (légitime, Dieu merci) et de pratiquer un abattement de 100% de nos différents habits. Dans un deuxième temps le schéma d’optimisation requiert de s’allonger sur le lit, et de procéder à certains mouvements capitaux ayant pour conséquence l’allongement de l’organe masculin à l’intérieur du dispositif féminin, puis la dépose ci-dedans du « germe d’optimisation fiscale » avant le délai de rétractation.

Il y a bien sûr un temps de traitement du dossier de 9 mois, qui aboutit, in fine, à alléger la charge fiscale du foyer d’une part entière, à l’insu de l’état.

J’espère, suite à ces éclaircissements, que vous éviterez de m’envoyer à mon domicile des inspecteurs d’optimisation conjugale qui me seraient d’un fort désagrément.

Salutations,

Un mauvais contribuable repenti. »

Hervé Legourvière (Hervele)

le contribuable chaste

le contribuable chaste

7 novembre 2013

Les nouveaux critères fiscaux de Bercy enfin dévoilés (lol)

Classé dans : actualité,économie,parodie — hervele @ 15 h 51 min

Tout étudiant en économie apprend ceci, que la sagesse économique vérifie d’ailleurs en tous temps, tout bon impôt doit satisfaire ces 4 caractéristiques:

1°) Assiette large

2°) Taux faible

3°) Simplicité

4°) justice/moralité (moralité, cette dernière étant plus « subjective »)

 

Cela demande de savoir compter jusqu’à quatre, et ça nos ministres savent encore faire! Mais au diable ce triptyque rébarbatif, voici les quatre nouveaux critères rigolos qu’ils ont inventés à la place:

 

1°) Est-ce qu’avec cet impôt j’emmerde bien tous ceux qui ne votent pas pour moi?

2°) Va-t-il y avoir un mouvement de protestation, sera-t-il suffisamment gros pour ne pas être étouffé par les médias?

3°) Combien rapporterait l’impôt si je l’appliquais rétroactivement à l’année dernière?

4°) Est-ce que c’est une promesse qui figurait au programme présidentiel?

4°) Puis-je faire porter la responsabilité à quelqu’un d’autre si ça foire?

Les nouveaux critères fiscaux de Bercy enfin dévoilés (lol) dans actualité fiscalite_amusante-150x150

 

 

 

 

 

Précisions:

Sur le point 2°) je ne peux que saluer l’art maritime du gouvernement pour navigant à vue,  en donnant un petit coup d’IFOP à bâbord d’INSEE à tribord. On lance une proposition de loi, on mesure au doigt mouillé les frémissements de protestation sur twitter et facebook, et on rétropédale si on sent que le cheval va piler devant l’obstacle. Hélas, pas de premier ministre courageux pour installer l’intérêt général comme gouvernail au navire! La majorité est dès lors condamnée à légiférer par renoncements, désaveux, essais avortés, contradictions et effets secondaires délétères. Avec la palme d’or du rétropédalage qui prétexte une erreur de copier-coller d’un stagiaire dans le texte préliminaire… Combo!

Ce gouvernement préfère avorter plutôt que d’assumer, et cette règle ne s’applique pas seulement à sa politique familiale!

Point 3°) La rétroactivité est en effet la seule parade à l’effet « Laffer » à savoir la courbe des rendements décroissants puis négatifs pour l’imposition et qui s’explique aussi par la faculté exceptionnelle des français à contourner l’impôt… Or il n’y a qu’un impôt rétroactif qui puisse garantir à coup sûr que les sommes estimées par les fiscalistes vont effectivement rentrer docilement et doduement dans les caisses de l’Etat. Sur ce coup, Hollande est tranquille: pour le contourner, on ne risque pas d’inventer de sitôt la machine à voyager dans le temps.

Hervé Legourvière

Retour à tous mes articles ici

Dans le même thème: la nature à la rescousse de l’impôt / l’inauguration de la politique-arbitre /la solution du PS pour l’immigration

10 octobre 2013

Éloge de la télévision

Classé dans : parodie — hervele @ 15 h 33 min

Un plaidoyer pour un passe-temps trop souvent la cible d’attaques infondées et réactionnaires: la télévision.

La télévision n’a pas d’intérêt économique pour le pays, admettons-le, étant la plupart du temps fabriquée à l’étranger. La mention « fabriqué en France » peut désigner le fait que le petit logo en métal de la marque est appliqué sur notre territoire souverain. C’était donc bien la peine de battre César à Gergovie, de repousser les Anglais à Orléans, les russes à Austerlitz, de décapiter un monarque, de constituer un empire colonial sur les 5 continents, de disposer de l’arme atomique et d’un porte-avion nucléaire pour au final devenir une puissance économique tout juste capable d’apposer un logo métallique sur des téléviseurs asiatiques*.

Donc bénéfice économique, faible, mais il faut savoir reconnaître ses torts et ne pas dresser un tableau par trop idéaliste. Concentrons-nous à présent sur les bienfaits domestiques et culturels de l’appareil.

D’un point de vue du bonheur de vivre il faut bien admettre que l’arrivée de la télévision a apporté aux français une source indéniable d’éclairage supplémentaire dans leur salon ou chambre à coucher**. La fameuse lumière bleutée des tubes au mercure, à travers les fenêtres, immanquable marqueur de la présence rassurante du téléviseur au domicile.

L’appareil ne se contente pas d’émettre sa bienveillante teinte bleutée, il diffuse également une chaleur douce ainsi qu’un bourdonnement aigu auquel on pourrait prêter des vertus répulsives sur les moustiques.

Au plan strictement médical, outre qu’elle peut être prescrite par n’importe quel généraliste pour la lutte contre l’insomnie ou le traitement de l’hyperactivité chez l’enfant, la télévision est également, dans toutes les maisons de retraite/EHPAD l’un des appareils incontournables de la panoplie de soins palliatifs terminaux.

L’impact culturel de la télévision, quant à lui, est juste… gigantesque. Chaque citoyen qui acquiert une télévision acquiert en même temps un support sur le dessus lequel dit support pourra être posé un nombre incalculable de livres, allant des œuvres classiques de La Fontaine aux romans de Zola en passant par les guides touristiques en tout genre… Quoi de plus douillet que de relire les Pensées de Pascal à la lumière du poste et d’avoir entre ses mains la tiédeur du livre chauffé par la convection de l’écran. Seul bémol hélas, le niveau culturel de la télévision d’aujourd’hui a beaucoup baissé depuis l’apparition des écrans plats dont les malheureux acquéreurs se voient obligés de débourser 99€ (+ 84€ en bougies chauffe-plats et serviettes diverses) chez Ikea pour un Billy de rangement.

Enfin le téléviseur toujours branché sera particulièrement utile pour diagnostiquer une panne de courant ou des plombs qui auraient sauté. L’absence du téléviseur, au contraire, est l’indice immédiat et infaillible de l’occurrence récente d’un cambriolage  qui peut le cas échéant passer inaperçu dans des appartements mal rangés ou hébergeant un labrador trop peu promené; cambriolage qui, au passage, n’aurait pas eu lieu si le quidam avait laissé la télé allumée avec le son à fond pendant son absence.

Source de paix dans les ménages et de silence au cours des repas, calmant naturel et efficace pour les bébés ou les vieux turbulents (turbulent dans le sens « qui voudraient parler »), franchement, non franchement, 137euros ça n’est pas cher payé pour tout ceci.

* Ne caricaturons pas : parfois le petit logo est fabriqué en Allemagne.

** ou les deux, pour les foyers les plus pauvres.

Vous aimerez aussi mes autres articles:

Aldous Huxley porte plainte contre Hollande pour plagiat

Comment les anglais ont conquis le monde avec un principe d’utilité

Pourquoi on accuse toujours les entreprises mais on se trompe toujours de bouc-émissaire

Convainquez-vous que le protectionnisme est n’est pas si méchant

Mes arguments pour un jour férié par semaine, au hasard: le dimanche. 

20 septembre 2013

Aldous Huxley porte plainte contre hollande pour plagiat

Classé dans : actualité,homme & femme,parodie,res publica — hervele @ 10 h 30 min

 

« — Offrez-leur encore une fois les fleurs et les livres. Les infirmières obéirent; mais à l’approche des roses, à la simple vue de ces images gaiement coloriées du minet, du cocorico et du mouton noir qui fait bêê, bêê, les enfants se reculèrent avec horreur; leurs hurlements s’accrurent soudain en intensité. —  Observez, dit triomphalement le Directeur, observez. Les livres et les bruits intenses, les fleurs et les secousses électriques, déjà, dans l’esprit de l’enfant, ces couples étaient liés de façon compromettante ; et, au bout de deux cents répétitions de la même leçon ou d’une autre semblable, ils seraient mariés indissolublement. Ce que l’homme a uni, la nature est impuissante à le séparer. — Ils grandiront avec ce que les psychologues appelaient une haine « instinctive » des livres et des fleurs. Des réflexes inaltérablement conditionnés. Ils seront à l’abri des livres et de la botanique pendant toute leur vie. — » 

Aldous Huxley, Le Meilleur des Mondes

(Note: le titre du billet est fictif)

Sur l’incapacité congénitale et autruchière de nos politiques (surtout ceux en poste) à penser ne serait-ce que le prolongement d’une bête tendance linéaire, oui il y aurait fort à dire. De quelle tendance est-ce que je parle? Peu ou prou, celle qui consiste à marcher résolument droit vers le mur; celle qui consiste à accumuler loi après loi des propositions stupides visant à rendre par la force et contre leur gré les individus de plus en plus égaux et de moins en moins libres, exactement comme dans le roman d’anticipation cité, tout en leur rendant de plus en plus insupportable l’écart d’inégalité résiduelle. Voilà ce dont il est question aujourd’hui, il est question de cette fan(t)a(s)tique et œcuménique théorie du genre.

Tout commence il y a un peu plus d’un siècle. Mais la France, si elle s’est honorée très tôt dans l’abolition de d’esclavage, va à un rythme plutôt pépère sur le sujet des droits des femmes. Une fois l’égalité des droits enfin acquise, et la constitution saturée d’égalité homme-femme, on ne s’est pas arrêté en si bon chemin. On a commencé à en déverser un peu partout, comme dans le code du travail qui est bien plus volumineux et propice à épancher cette soif d’égalité. On s’est attaché à donner à la femme les mêmes chances, en espérant voir les mêmes résultats. Mais là hic: on butte sur un socle, l’objectif d’égalité parfaite est là, tout proche, à portée de main, mais impossible de l’atteindre complètement. Flûte alors! Et chez nos voisins itou! Qu’à cela ne tienne, fi des chartes, des jurisprudences et du droit des entreprises, on va sortir l’arme chimique* de la théorie du genre, inventée – pas si récemment d’ailleurs – aux US.

*Je dis « chimique » parce que la première grande réussite de cette théorie est d’avoir transformé un jeune garçon handicapé à la naissance en petite fille grâce aux hormones et de l’avoir quelques années plus tard conduit au suicide lui et son frère jumeau.

Elle dit, en gros, que si on n’arrive pas à réduire l’écart observé entre homme et femme, ce n’est pas du tout parce qu’il y aurait des différences biologiques, psychologiques et comportementales irréductibles, non non, c’est juste qu’il faut tout simplement changer notre définition de l’homme et de la femme

Bref, on le voit la théorie du genre est une locomotive folle qui est en train d’échapper complètement aux vraies féministes qui l’avaient lancée. Elle a été récupérée au passage par les lobbies gays, qui ont vu en elle le cheval de Troie leur permettant – il était temps! – d’imposer leur(s) modèle(s) sur la même marche du podium que le modèle PME (père-mère-enfants) voire un peu plus haut si possible, car rien n’est jamais tout à fait égal en ce bas monde. Oui: si l’homme et la femme ne sont que constructions culturelles et éducatives, alors toute combinaison quelconque des éléments {homme, femme} fait une aussi bonne famille. Affirmer le contraire, c’est caca.

Comme je le dis toujours, ne nous arrêtons pas au milieu du chemin (c’est dangereux surtout s’il y a des voitures), allons jusqu’au bout des raisonnements et poussons cette théorie du genre dans ses retranchements les plus obscurs.

L’exercice consiste à lister d’une part ce qui se trame dans le domaine de la lutte contre les discriminations homme-femme, et on verra qu’il y a quelques d’excellentes choses, et aussi tout ce qui peut encore être imaginé au-delà d’un point que je qualifierais de « raisonnable et sain »; c’est là que mon article deviendra tragicomique.

Les mesures de coercition égalitaire viennent bien sûr progressivement (vous vous rappelez la grenouille qu’on cuit à petit feu); je les décline en 5 catégories, celles qui n’existent pas encore, que je qualifierai d’hypothèses pures. Puis celles, bien réelles, qui se déclinent tout d’abord gentiment, comme des idées bien-pensantes sur les plateaux télé (phase 1), dans les blogs du Monde et les magazines féminins à la mode*. Puis les mesures seront testées dans les administrations et la fonction publique, vitrines de l’idéologie étatique (phase 2).  Malgré l’absence de résultats positifs, on enclenchera la phase 3 qui est l’élargissement aux entreprises, aux écoles, aux crèches, aux lieux accueillant du public et tutti quanti. Enfin, lorsque les citoyens auront été bien déconstruits, on passera à la dernière phase 4: la pénalisation des traitements inégalitaires dans la vie privée des gens, au sein mêmes des familles. Concrètement, oui, dans une volonté d’apaisement cela fonctionnera sur dénonciation. Mais assez de théorie, place à un avant-goût de la société égalitaire de demain.

 * Malin! Car les femmes enceintes, jeunes mamans ou en mal avec leur corps sont des personnes vulnérables en manque cruel de conseils de tout genre, bref un public parfait pour semer la bonne parole.

ENFANCE

Imposer au père à celui des deux parents qui n’a pas donné naissance à l’enfant de prendre un congé parental lui aussi, sous peine de sanction financière: perte ou réduction des allocations (phase 4).

Expérimenter des crèches « asexuées »: pas de jouets classiques de type voitures ou poupées, de peur de constater qu’effectivement il y a une orientation naturelle de certains… (déjà en cours: phase 2). Les enfants ne joueront qu’avec des formes géométriques sans article devant (le carré, le triangle, le cercle… beurk !).

Les contes pour enfant mettant en scène des familles « traditionnelles » uniquement ne seront plus proposés en crèche, voire carrément interdits, ces dernières remplacées par des couples multiformes, des ruptures fréquentes, quelques des relations homosexuelles (phase 3). Et il ne faut suuuurtout pas que les images de petites filles aient l’air de petites filles !

Les parents qui refusent de soumettre leurs enfants aux cours obligatoires d’éducation sexuelle seront envoyés en prison (phase 4 en Allemagne et Espagne). Si les parents décident de scolariser leurs enfants à la maison, ils risquent tout simplement de se les faire « enlever » (phase 4 en Allemagne).

Il sera créé un corps « d’inspecteurs de l’égalité » qui viendront pratiquer des contrôles aléatoires au domicile des parents ayant choisi d’élever chez eux leurs nourrissons. Parents qui risqueront la perte les allocations si jamais – shocking ! –  on découvrait dans les tiroirs du placard des vêtements bleu ou roses ; pire, si des petites voitures sont proposées au garçon, alors là on retirera carrément l’enfant à ces parents haineux (hypothèse). De quoi se plaignent-ils, tout enfant appartient à l’Etat (entendu récemment sur les bancs de l’A.N.) !

Enfin, un parent se faisant appeler « papa » ou « maman » par son enfant dans la rue pourra être conduit au poste pour une amende forfaitaire de 1500euros pour discrimination publique envers les couples de même sexe. (hypothèse)

ESPACE PUBLIC

Normes de construction des sanitaires pour imposer le même nombre de WC hommes et WC femmes dans tous les bâtiments administratifs ou accueillant du public (hypothèse). Au diable la sagesse populaire, on obligera par décret les femmes à uriner mois souvent, ou on les opérera de la vessie si c’est le prix de l’égalité!

Obligation pour les hommes d’uriner assis (phase 2 dans certains pays nordiques). Pour éviter toute récidive, on abattra les arbres sur les aires d’autoroute, trop propices aux épanchements virils.

Puisque les logos des toilettes (femme à jupe et homme avec chapeau/moustache, ou variantes) semblent perturber énormément certaines personnes qui y voient un vaste complot freudo-marxisto-machiste, supprimons-les carrément. Nous incluons également dans cette rubrique tous les panneaux du code de la route représentant des écoliers, des femmes, etc. (phase 1)

Instauration d’une amende de 2è classe pour tous ceux qui laisseraient leur place à une faible femme dans un transport en commun. Honte aux machos ! (hypothèse)

On aura enfin des prêtresses et des imamesses (quel joli mot !) (phase 1) ; on aura des vêtements unisexes pour les fonctionnaires (de bonnes idées à prendre chez nos amis les Khmers rouges)

Enfin pour faire un clin d’œil à l’introduction de l’article, de nombreux fleuristes feront faillite et une taxe prohibitive sur les fleurs servira à payer des mesures pro-égalité. La bonne nouvelle, c’est qu’il sera discriminatoire pour mon coiffeur de pratiquer un prix différent pour les hommes et les femmes : c’est la mienne qui va être contente ! (hypothèse)

LANGAGE

Aaaahh le langage… querelle des anciens et des modernes. Depuis la féminisation des noms de professions  (Madame la Ministre, phase 2), la grammaire est dans le viseur !

Modification de toutes les expressions de langage pouvant porter une discrimination, à commencer par les mots de père ou mère (phase 1/2) et leurs dérivés tentaculaires (il y en a partout dans la langue, quelle plaie !) ; en vrac : les femmes et les enfants d’abord / homme de main / homme à tout faire / barbapapa / pas mort d’homme / la mère de tous les vices / mère poule / remède de grand-mère / le père-Noël / l’instinct maternel / materner quelqu’un / école maternelle / prises mâles ou femelles / Ecole maternelle (phase 1) / maternité / investissement ou usage en père de famille / tel père tel fils, etc. Les dictionnaires récalcitrants perdront leur agrément scolaire. (hypothèse)

L’Homme pour désigner le genre humain ? Pouah ! Les noms latins de nos ancêtres préhistoriques ? Pouah ! (hypothèse)

A l’instar de nos amis anglo-saxons en avance sur tout, un genre neutre sera instauré* pour désigner tous les objets (dont les enfants avant qu’ils choisissent leur sexe). Pourquoi UN sac à main mais UNE voiture (phase 1) ? En attendant les censeurs se consoleront avec les participes passés et les petites parenthèses: « tout(e) femme** ou homme** enceint(e) devra suivre un(e) formation approprié(e) à l’égalité ». (phase 2/3)

*il existe déjà, c’est le masculin qui porte le neutre, mais peu importe…

**J’ai tiré au sort sur lequel des deux apparaîtrait en premier dans la phrase.

ENTREPRISES

Politique de quotas (phase 3), dans les fonctions électives puis dans les entreprises, avec lesquelles je suis plutôt en désaccord pour les raisons suivantes (précédent billet).

Stricte parité dans les effectifs des entreprises. Stricte, j’ai dit. En conséquence, aucune entreprise ne pourra avoir un nombre impair de salarié. Les embauches se feront par deux… Et vous pourrez très bien vous faire virer juste pour « équilibrer » le licenciement d’une personne de sexe opposé. (hypothèse) Attention à vous si vous organisez une réunion de travail entre 2 hommes et une femme.

Prisons (je mets ici à défaut d’une catégorie appropriée) : La mixité totale, bien sûr (hypothèse), afin d’empêcher des petits plaisantins de profiter indûment des facilités de changement de sexe ou de mariage bidon : ici ou ici.

ETAT CIVIL

Suppression du terme de Mademoiselle dans les papiers officiels (Phase 3)

Concernant les noms de familles lors du mariage, assez de la domination masculine: chacun gardera le sien, et les enfants auront un nouveau nom qui sera constitué de la moitié* du nom du père et de la moitié de la mère : on espère vivement que Mme DUBOIS et M. TROUVILLE n’auront que des chats … (Voir mon autre billet sur le sujet) (hypothèse)

autorisation de déclarer un enfant « sans sexe » (phase 4 en Allemagne dès le 1er Novembre!).

Les prénoms hermaphrodites/androgynes (Camille, Dominique, Térence, Noël, Claude, Lou, Jackie, Gwenaëll, Morgan, Sacha, Alex, tous les noms de voiture aussi, etc. **) seront largement répandus dans la presse people et les manuels d’école (phase 1). Avec à la clé une prime aux parents qui auront choisi un prénom qui « lutte contre les stéréotypes ». (hypothèse)

Il deviendra vite évident qu’il faudra interdire toute étude statistique demandant aux gens leur sexe. La CNIL y veillera soigneusement. (hypothèse) Vous imaginez, des statistiques de délinquance selon le sexe pourraient montrer que les femmes sont « naturellement » moins violentes, ce qui est une pure hérésie.

*Hélas on pourrait accoler les deux mais vous imaginez vite le problème au bout de 3 ou 4 générations…

**On me signale que Noël a été retiré de la liste pour une raison inconnue.

ART, PRESSE & SPECTACLE

Autant vous dire tout de suite que ça va chauffer pour les types comme John Gray (auteur du bestseller les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus) et un tel terroriste pourra s’estimer heureux si la Russie ou l’Equateur lui accorde l’asile politique. (hypothèse)

En littérature, cela va faire très, très mal, surtout dans les lettres classiques envahies à souhait de clichés nauséabonds (article). Il faudra censurer déprioriser des centaines de passages dans les classes de français. En définitive, l’ensemble de la peinture, de la sculpture classique n’est-il pas machiste et n’encourage-t-il pas l’homme à dire non aux travaux domestiques ? (hypothèse)

SPORT

On vient d’apprendre que le fameux match de tennis où une joueuse avait battu en 1973 un ancien champion retraité avait été truqué ! Honte aux journalistes vendus à l’ordre sexué qui ont osé publier ça. Il y a encore du chemin à faire et je propose désormais que les chaînes de sport doivent obligatoirement diffuser autant d’événements masculins que féminins. Non, mieux, toutes les disciplines seront mixtes, point barre. On imagine la rigolade pour des sports comme la boxe, l’haltérophilie… pour lesquels il faudra bien autoriser le « dopage pour tous » sans quoi les différences naturelles seraient trop « voyantes »… (hypothèse)

SEXUALITE

Ultime graal des sex-trémistes, la sexualité et sa douloureuse asymétrie. Que faire pour « normaliser » cette partie de la vie (plus très) privée où, quoi qu’on fasse, l’homme, parce qu’il pénètre la femme, se retrouve toujours en position plus ou moins dominante ? Et là, tenez-vous bien, nous sommes déjà entrés en phase 1. On commence à lire des choses, des gens qui disent que ça serait bien un jour de rendre symétriques les relations sexuelles. Quèsaco ? Concrètement, ils veulent promouvoir la sexualité orale et « manuelle », et supprimer le rapport sexuel traditionnel*.

– « Mais pour faire des enfants il faut bien encore en passer par la !? » Pas de panique, Madame Dubois, les enfants conçus à l’ancienne, c’est-à-dire hors Fécondation In Vitro, seront déclarés non-conformes » (hypothèse). Je m’arrête là, car l’avocat d’Aldous Huxley fronce les sourcils.

* Impossible? On suggère bien aux adolescents de s’essayer aux rapports homosexuels (phase 2

FIN

Un  jour la France entrera en guerre, et notre armée parfaitement mixte sera mise en déroute par une armée adverse 95% masculine, malgré les diverses menaces de procès qu’on leur aura envoyées (hypothèse).

*******

Que dire, que rajouter à ce tableau ? Juste qu’il y a des gens pour qui tout ceci est réellement un idéal de société, et que certains d’entre eux sont aux commandes de la France grâce à nos bulletins de vote…

Hervé Legourvière (HerveLE)

Note: le titre du post est fictif. Consultez mes autres articles sur le même thème:

La fête des « individus » une fête enfin égalitaire              Sur le point commun entre OGM et embryon humain      Parité et Egalité: les frères ennemis                    Un homme doit-il prendre le nom de sa femme?

30 août 2013

Un homme doit-il prendre le nom de sa femme

Classé dans : homme & femme,parodie — hervele @ 1 h 13 min

A l’heure de la lutte contre le terrorisme de la discrimination sexuelle, voila une question brûlante! Et posée pour une fois à l’envers… héhé

Tout est question d’histoire, d’usages et fait étonnant, nulle part dans la loi ne figure l’obligation pour une femme de prendre le nom de son mari, c’est même l’inverse qui est recommandé depuis la Révolution. Toutefois l’attachement à la cellule familiale et l’importance donnée à la protection de la filiation justifie que, culturellement, on choisisse un même nom pour les deux parents, manifestation de l’amour et de l’union du couple, qui prend le nom de famille que prendront aussi ses fruits. N’est-ce pas beau?

Le législateur a cependant cru bon de devoir rappeler la possibilité pour la femme (ou le mari) d’accoler leurs deux noms et de les transmettre ainsi aux enfants. Je ne peux que déplorer la stupidité borgne d’une telle loi qui, armée du fusil Egalité à un coup, n’imagine même pas que les-dits enfants se marieront un jour, et ne fait que renvoyer lâchement la gestion du problème à la génération suivante condamnée à voir la longueur de ses noms de famille gagner une puissance de 2 tous les 25 ans. Bingo, au bout d’un siècle, tous les formulaires de l’état seront passés au format A0!* Voila donc la belle lucidité de nos députés, qui ne s’occupent comme il savent faire, que des électeurs déjà nés et non de ceux à venir.

Historiquement qu’est-ce qui justifie que ce soit le nom de l’homme qui soit usuellement gardé? Le patriarcat, et peut-être aussi l’antique loi salique. N’allons pas y voir de démarche sexiste, personne à l’époque n’eut songé à s’en plaindre. Eusse été le nom de la femme à la place, il y aurait seulement eu injustice inverse et l’important, comprenons-nous, était plutôt la stabilité spatio-temporelle de la convention choisie, quelle qu’elle soit. Imaginez sinon les déboires des historiens et des généalogistes de tous poils chargés de retracer l’histoire des familles avec des noms qui valsent à chaque génération! Il n’y pas qu’eux, on n’imagine pas toutes les études génétiques, sociologiques, économiques faisant appel aux archives des vieilles familles.

Hélas aujourd’hui, alors que plus que jamais la cellule familiale se décompose et les statistiques de personnes vivant dans la solitude ou la dépression explosent littéralement, aujourd’hui on s’apprête à brouiller encore plus ce lien qui relie les personnes à leur histoire, à leurs origines**. C’est pourquoi si un jour nos féministes à court d’idées se prennent à venger les épouses brimées des millénaires passés, et imposent aux enfants le seul nom de la mère, je dirai OUI! OUI! OUI! Mais par pitié, qu’on n’en change plus…

Vous avez deviné, faute de conclusion, où va ma préférence. Car à l’inverse, imagine-t-on le désarroi d’un enfant de 5 ans à qui un copain explique que si sa maman a voulu garder son nom de jeune fille, c’est pour que ça soit plus simple administrativement en cas de divorce… Quel romantisme! Quel gage d’amour à la clé! Et que de dégâts n’occasionne-t-on pas autour de nous en n’écoutant que notre petit orgueil égoïste…

Hervé Legourvière (HerveLE)

* « Allô la CAF? Oui, j’avais demandé un acte de naissance et là j’ai un camion garé devant chez moi??? »
** Mais non! Tout est stocké dans des fichiers informatiques, pas de panique!

D’autres billets récents pourraient vous intéresser?

Sur l’objection de conscience des maires et la question du courage

Sur l’exemple du pragmatisme anglais et son application au débat sur le voile

Sur une affaire médiatique qui montre assez bien les mécanismes du politiquement correct

Sur le point commun entre OGM et embryon humain

12

Cocoa5badge |
Gouvirdc |
Thibaultvillalta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Honfleur2014
| Dans les coulisses de Bruxe...
| iya wis ola papa