5 juillet 2013

Faut-il avoir peur du risque nucléaire (militaire)?

Classé dans : actualité,pensées — hervele @ 14 h 40 min

Risques de crise nucléaire en Iran et en Corée du Nord: quelques réactions en vrac (et non en chaîne)

Faut-il avoir peur du risque nucléaire?

Il faut bien admettre que depuis l’attaque de deux villes japonaises par little boy et fat boy, les « nukes » n’ont fait aucune victime intentionnelle en 70 ans. On a eu des crises, oui, avec le point culminant à Cuba en 1962 où on aurait frôlé la catastrophe. Mais existe-t-il une menace qui s’est aussi peu concrétisée et qui pourtant a fait l’objet d’autant de scénarios hollywoodiens?

C’est pourquoi j’affirme, avec aplomb (c’est pour me protéger des radiations), que l’invention de l’arme nucléaire mériterait sérieusement le prix Nobel de la Paix. Certaine m’accuseront d’être totalement cynique envers les victimes japonaises, j’en suis conscient et leur sort a été dramatique bien entendu. Il est toujours délicat de donner du poids aux victimes qu’il n’y a pas eu et l’humanité est bien peu prolixe en remerciements pour des gens qui ne se rendent pas compte qu’ils ont été sauvés à un moment donné. Tout comme les accidents de la route où on parle de « 300 victimes évitées » on est toujours un peu dans du virtuel. On ne pourrait hélas confirmer qu’elles ont été vraiment évitées que le jour où un type inventera la machine à voyager dans le temps.

Bref, j’affirme également que l’Europe ne doit le demi-siècle de paix ininterrompue qui a suivi sa construction, qu’à la présence de deux blocs d’hyper-puissances tous deux munis de l’arme atomique. Qui peut affirmer qu’un conflit franco-allemand n’aurait pas pu se reproduire, sans la menace nucléaire planant, telle une épée de Damoclès, sur les partis en présence?

D’un point de vue purement « mathématique »: vous pouvez retrancher 200 000 soldats de 300 000, vous pouvez comparer des tank avec des avions, mais la capacité de destruction presque « infinie » de la bombe fait que l’infini sur l’infini restera toujours indéterminé. C’est finalement ce qui, la plupart du temps, dissuade d’attaquer. Bombe H contre bombe H, on ne pourra jamais savoir qui sera le vainqueur (il n’en aura probablement pas d’ailleurs). La seule utilisation* de l’arme, au Japon, restera il y a fort à parier unique dans l’histoire, et vient surtout du fait qu’ils étaient les seuls à l’avoir à l’époque!

Étonnant de s’imaginer qu’un tel instrument de mort a peut-être sauvé 10 fois plus de gens qu’il n’en a tué.

*intentionnelle, militaire, je ne parle pas d’un accident ou d’un acte terroriste

 Herve Legourvière (HerveLE)

Laisser un commentaire

Cocoa5badge |
Gouvirdc |
Thibaultvillalta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Honfleur2014
| Dans les coulisses de Bruxe...
| iya wis ola papa